Notre Bus du Glaucome repart en tournée ! Retrouvez ici les dates et villes concernées pour bénéficier du dépistage gratuit   

Chercher
Accueil Actualités « Le silence du glaucome » sur France 5

« Le silence du glaucome » sur France 5

 

Le glaucome représente un vrai problème de santé publique car c’est la principale cause de cécité acquise dans les pays développés.

Diffusion: le lundi 4 février 2013 à 8h25 sur France 5
Rediffusion : le samedi 9 février 2013 à 23h00
Voir la vidéo en ligne sur france5.fr

image du flan du Bus du glaucome - Préservez votre vue
En France, environ 700 000 patients sont traités pour un glaucome et de nombreuses personnes touchées ne sont pas identifiées. En effet, cette maladie ne présente pas de symptômes évidents avant d’avoir commencé à réduire considérablement le champ visuel.

L’autre problème posé par cette pathologie est que, dans l’état actuel de la science, les médecins ne peuvent pas améliorer l’état de la vision de leurs patients. À partir du moment où la maladie est diagnostiquée, le seul espoir consiste à stopper son évolution et à empêcher le patient de s’acheminer vers une cécité de plus en plus complète. D’où l’importance cruciale de repérer cette maladie le plus tôt possible. Mais comme on va le voir, ce n’est pas si simple.

À Menton, au bord de la méditerranée, nous découvrons un long camion de 30 tonnes, en train de s’installer pour une semaine. Il s’agit d’un centre mobile de dépistage de l’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV), qui vient juste de commencer un périple à travers la France.
Si une pathologie est repérée ou si un doute fort existe, la personne dépistée est alors priée de prendre contact en urgence avec l’ophtalmologiste de son choix, pour un diagnostic plus précis et la mise en place d’un traitement. Par exemple, les personnes qui seront dépistées ici à Menton se rendront peut-être au CHU Saint-Roch, à Nice où les médecins nous décrivent par l’exemple leur stratégie de soin : leur but est de faire baisser la tension à l’intérieur de l’œil par un traitement médical à base de collyres, dans le but d’arrêter la destruction du nerf optique. Ensuite, les patients pourront être adressés à un opticien ou à un orthoptiste, spécialisé dans le domaine de la basse vision et qui pourra les aider à développer des tactiques pour utiliser au mieux ce qui reste de leurs capacités visuelles.

Au fil de ces rencontres et explications, on comprend bien que l’enjeu autour du dépistage du glaucome est principalement une lutte contre la cécité qui s’installe en silence si on ne met pas d’obstacle à la progression de la maladie. On pourrait alors penser qu’un effort important de dépistage doit être mis en route à grande échelle et qu’il sera supporté par la puissance publique ? Ce n’est pourtant pas le cas.
De retour à Paris à l’hôpital des Quinze-Vingts, le Pr. Baudouin nous détaille certaines des difficultés rencontrées dans les soins du glaucome et il nous explique les résultats obtenus par des membres de son équipe de recherche qui ouvrent peut-être une nouvelle piste de traitement disponible dans le futur.

Production : bleu Krystal media – Emmanuel Schlumberger
Avec la participation de France Télévisions
Réalisation : Philippe Dorison

Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée et de France Télévisions
Avec le soutien de l’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels.