Déclaration impôts 2021 pour nos donateurs : les reçus fiscaux ont été envoyés

Faire un don Faire un legs
Accueil Actualités Le sport à l’UNADEV : une bouffée d’air frais pendant le confinement

Le sport à l’UNADEV : une bouffée d’air frais pendant le confinement

 

Parce que la pratique d’un sport, outre la redynamisation de la personne aveugle ou malvoyante, c’est aussi recréer du lien social, l’UNADEV a décidé de maintenir un grand nombre de ses activités sportives pendant le confinement. « Innover et s’adapter » telle a été la devise de nos éducateurs sportifs pendant toute cette période compliquée. Grâce à eux et à leur implication, nos bénéficiaires ont pu poursuivre certains cours et rompre ainsi un isolement amplifié par la situation sanitaire.

Renforcement musculaire sur les quais du Rhône.

Une réelle volonté de maintenir certaines activités

Dans la plupart de nos centres, une offre sportive a été maintenue. C’est le cas à Bordeaux, où malgré les contraintes, les bénéficiaires ont pu faire de la natation en piscine, poursuivre leurs ateliers d’escalade et profiter de balades à cheval lors de séances d’équitation. Si la poursuite de l’aviron a nécessité de nombreuses démarches, la ténacité de l’équipe de l’UNADEV bordelaise a porté ses fruits… Les cours d’aviron ont ainsi pu se dérouler en double et ce grâce à une dérogation. Le cyclisme en tandem a également pu se dérouler dans le respect des gestes barrières, quant à la salle de sport, celle-ci n’a jamais fermé durant toute cette période… Une véritable chance pour nos bénéficiaires.

Le centre régional UNADEV d’Ile-de-France, depuis la rentrée de septembre 2020 s’est quant à lui donné comme objectif de faire découvrir d’autres sports aux bénéficiaires. Ainsi, en plus des activités régulières maintenues (aquagym et self-defense), chaque mois il propose une initiation sportive. Depuis la rentrée l’escrime, les arts du cirque et la course à pied sont ainsi à l’honneur.

Enfin, à Toulouse nos bénéficiaires ont pu poursuivre quasiment l’ensemble de ses activités, telles que l’escalade ou encore la piscine.

Une activité cirque (IDF)

Du sport en plein air pour pallier l’interdiction d’accès aux salles

Le centre régional UNADEV Auvergne Rhône-Alpes a quant à lui privilégié les activités en extérieur dans des parcs ou jardins quand le temps le permettait. Gym douce et renforcement musculaire ont ainsi pu être proposés. A Perpignan notamment, même s’il n’y a pas d’éducateur sportif dédié au centre, un intervenant extérieur a continué de proposer aux bénéficiaires chaque semaine ses cours de gym douce et de stretching répartis sur une journée, dans un parc. Avec les beaux jours l’activité se poursuit actuellement en extérieur et un créneau supplémentaire a même été proposé. Dans ce centre UNADEV près de la Méditerranée, deux groupes ont même le plaisir de pratique la marche en mer chaque semaine. 

A Lyon, comme sur les quais de Bordeaux, des balades groupées avec des bénéficiaires ont également été mises en place. Seuls les plus autonomes ont pu dépasser leurs peurs en empruntant les transports en commun, et ce malgré la pandémie pour se rendre au point de ralliement. Depuis le fléchissement des consignes sanitaires, les éducateurs sportifs ont également initié des balades individuelles proches du domicile des bénéficiaires les plus isolés.

A Perpignan, même s’il n’y a pas d’éducateur sportif dédié au centre un intervenant extérieur,  a continué de proposer des cours de gym douce et de stretching aux bénéficiaires pendant le confinement en extérieur dans un parc. 

Du côté de Toulouse, dès le 1er confinement, des cours de Pilate en extérieur au parc de l’Observatoire ont été proposés. Mais la grande innovation du centre UNADEV Occitanie est surtout la mise en place d’un parcours handisport santé en inclusion, qui a permis à certains bénéficiaires de découvrir par exemple, le cécifoot, l’athlétisme ou encore l’aviron.

Séance d’étirements (Paris)

Les nouvelles technologies, une ressource indispensable

Grâce aux différents outils de communication à distance, les centres UNADEV ont pu garder un lien avec certains bénéficiaires. Le yoga à distance est l’activité qui a été maintenue dans quasiment tous nos centres UNADEV. Ce fut le cas notamment à Lille, Marseille ou Paris, ou un cours hebdomadaire en visio (Zoom, skype) était accessible en direct.

Toujours en visio, des cours de fitness ou de pilates ont également été proposés. Du côté de Lyon, outre le yoga, ce sont des séances de stretching et de renforcement musculaire qui ont pu être suivies en ligne. Enfin à Bordeaux, c’est par Whatsapp que certaines bénéficiaires ont pu pratiquer leurs séances de gym. Cette situation très particulière a également donné l’idée à l’équipe bordelaise de proposer des cours de yoga à distance assurés par une professeur malvoyante, elle-même dans son local parisien et retransmis simultanément dans une salle de l’UNADEV de Pau et de Bordeaux. Cette idée de distanciel qui était au départ une contrainte, s’avère aujourd’hui une réelle opportunité pour les bénéficiaires qui n’auraient jamais pratiqué cette activité s’ils avaient dû se déplacer.

Yoga à la fois en présentiel (Bordeaux) et en distanciel (cours par visio)

Innover… pour se renouveler

Profiter du temps disponible pour proposer des choses nouvelles, c’est ce qui a été décidé à Marseille. Des manuels d’exercices physiques ont ainsi été créés et mis à la disposition des bénéficiaires par mail. Plusieurs interviews de partenaires sportifs en visio ont également été réalisées :  un agent de développement du comité départemental handisport ainsi que le Président de l’ANICES (Association Niçoise d’Initiatives Culturelles et Sportives). L’équipe a également pris l’initiative de relayer sur ses réseaux sociaux chaque jeudi, des podcasts de récits sportifs. Enfin, depuis l’assouplissement des contraintes, le centre a également misé sur les échecs, véritable sport reconnu par le Comité Olympique International (CIO) dans la catégorie “mind games”.

Ainsi, malgré un confinement contraignant, nos équipes de l’UNADEV dédiées au sport ont su s’adapter pour poursuivre leurs activités et maintenir avec nos bénéficiaires ce lien si primordial. Leur rôle ne s’étant pas limité à proposer du sport, mais à de l’accompagnement personnalisé, comme par exemple l’installation et la prise en mains d’applications de communication à distance.