Chercher
Accueil Actualités Gauthier et la chocolaterie

Gauthier et la chocolaterie

 

Un odorat plus développé, un palais plus fin… pour Gauthier Chemin, jeune apprenti chocolatier palois, les personnes déficientes visuelles possèdent de réels atouts pour la fabrication de confiseries. C’est donc dans ce cadre, que le 12 février dernier, il a convié un groupe de bénéficiaires de Pau à un atelier de fabrication de bonbons. De la préparation à la dégustation, nos bénéficiaires ont tout géré en quasi-totale autonomie !

groupe de personnes autour d'une table de cuisine professionnelle.

Nos 5 bénéficiaires et leurs accompagnants découvrent le laboratoire

 

C’est donc une expérience inédite à laquelle nos bénéficiaires béarnais ont pu participer, le 12 février dernier. En effet, Gauthier Chemin a invité un groupe de 5 déficients visuels dans les locaux de la chocolaterie de la Couronne à Pau.

Son objectif ? “Prouver aux membres du jury de son mémoire qu’il est possible d’intégrer une personne déficiente visuelle dans un laboratoire.”

 

Au travers de cet atelier, Gauthier souhaitait également rassurer les professionnels du secteur et leur donner les clés pour accueillir un professionnel handicapé visuel.

La confiserie… c’est du gâteau !

Pendant plusieurs heures, à l’aide de matériel adapté, comme des stylos lecteurs d’étiquettes ou des balances parlantes, notre groupe de chocolatiers en herbe a pu procéder en autonomie à la fabrication de confiseries. Modelages en pâte d’amande, guimauves au fruit de la passion… toutes les gourmandises ont été préparées avec beaucoup de minutie et une grande application.

Patissiere en train de peser sur une balance electronique

L’utilisation bien pratique de la balance parlante.

Cuisinière qui verse le contenu d'un saladier sur une plaque

Préparation de la guimauve

Toute l'équipe de bénéficiaires devant du chocolat.

A la conquête du chocolat

Même si parfois les gestes ont été plus lents et les mesures plus longues, nos bénéficiaires ont réussi à réaliser de leurs propres mains, des confiseries très délicates.

Pour Claire Laurentie, animatrice socio-culturelle du centre UNADEV de Pau, « ce que les bénéficiaires ont le plus apprécié, c’est qu’on les laisse faire sans assistanat en leur laissant le temps.”

Et c’est avec beaucoup d’entrain qu’on a pu les entendre dire à la fin de l’atelier, en montrant fièrement leurs réalisations avant de les déguster : c’est moi qui l’ai fait !