Chercher
Accueil Actualités ACCESSIBILITÉ DES DOCUMENTS NUMÉRIQUES, tous responsables !

ACCESSIBILITÉ DES DOCUMENTS NUMÉRIQUES, tous responsables !

 

Vous qui communiquez régulièrement par e mails ou documents joints interposés auprès d’un public déficient visuel, nous vous proposons quelques bonnes pratiques à intégrer afin de permettre à tous de lire vos documents numériques dans les meilleures conditions.
Cela ne vous demandera qu’un petit effort d’ajustement dans l’utilisation de vos logiciels de traitement de texte pour un grand bénéfice pour vos destinataires. Parce que les outils d’assistance technique ne font pas tout. Et parce qu’il n’est pas question que l’effort d’adaptation soit unilatéral. Une démarche citoyenne à adopter d’urgence !

En France, 12 millions de personnes sont concernées par l’accessibilité du numérique, dont 1,5 million de déficients visuels. 80 % d’entre eux sont victimes d’un handicap non-visible. On sait à quel point aujourd’hui l’accès au numérique et à internet est primordial dans l’insertion sociale et professionnelle, et si cette révolution du digital a offert aux personnes atteintes de déficiences visuelles une ouverture accrue sur le monde, il y a encore des efforts à faire en matière d’accessibilité.
C’est pourquoi les associations se battent pour faire inscrire cette question dans la législation de manière récurrente.

LES BONNES PRATIQUES À SUIVRE
Au-delà des normes et de la législation, l’accessibilité du numérique est l’affaire de chacun le plus simplement du monde en faisant en sorte que les documents que l’on fait circuler soient lisibles par tous. Travaillez la mise en forme Inutile de rédiger vos mails ou documents en police 48 ! Par contre, pensez par exemple à privilégier l’envoi d’un document Word plutôt qu’un PDF plus difficile à rendre accessible (mais pas impossible ; référez-vous à des fiches pratiques sur internet, par exemple sur www.technologie-handicap-accessibilite.net ). Utilisez de préférence une police sans empattement type Arial, Verdana, Tahoma, etc. N’hésitez pas également à enrichir votre texte : l’utilisation du gras ou de la couleur (pourvu que vous respectiez des contrastes suffisants) permet de donner du rythme à votre document et d’avoir des points de repère. N’hésitez pas non plus à y intégrer des illustrations
(schémas, images…) même si, dans la mesure du possible, mieux vaut éviter les tableaux. Vous les rendrez accessibles en les associant systématiquement à une légende précise (à l’aide de la fonctionnalité « insérer une légende »), et surtout en les agrémentant systématiquement d’un texte support décrivant parfaitement leur contenu. L’image ne peut en aucun cas remplacer un texte. En outre, bannissez l’habillage des éléments visuels avec le texte ; détachez-les et mettez-les suffisamment en valeur (par exemple à l’aide d’un encadrement épais) afin d’en faciliter la lecture et le repérage par un synthétiseur vocal par exemple.
Structurez vos contenus. C’est le principal effort que vous aurez à faire. En effet, un texte bien structuré permet de s’y retrouver facilement et d’accéder directement au contenu souhaité. Pour cela, il est recommandé d’utiliser les fonctionnalités de votre logiciel de traitement de texte qu’est la création de styles de paragraphes (titres, intertitres…), afin de créer un document uniforme, et la génération d’un sommaire ou d’une table des matières. Pour vos
illustrations (si elles sont nombreuses), n’hésitez pas non plus à avoir recours à l’insertion d’une table des illustrations (dans l’onglet « références »). Les liens hypertextes et les renvois de texte sont également une aide précieuse à la navigation.
Enfin, finissez en vérifiant l’accessibilité de votre document (sur Word : fichier > informations > vérifier la présence de problèmes > vérifier l’accessibilité).
Ces bonnes pratiques peuvent paraitre fastidieuses à acquérir au début, mais après quelque temps d’exercice, elles deviendront un automatisme !

LE POINT SUR LES OUTILS D’ASSISTANCE TECHNIQUE
Un matériel adapté, tel que des loupes, des télé-agrandisseurs, et un nombre toujours plus croissant de logiciels variés (clavier et souris virtuels, synthèse vocale… Liste à retrouver www.technologiehandicap- accessibilite.net), permet d’offrir aux personnes déficientes visuelles une amélioration notable de leur confort de lecture à l’écran. Cependant, en aucun cas cela n’exonère de suivre les conseils d’accessibilité donnés plus haut, car l’utilisation de ces outils n’est pas encore démocratisée (en raison de leur coût, de leur difficulté d’utilisation, ou simplement d’un manque d’information).

Par Ambre Segarra