Chercher
Accueil Actualités Écoles de chiens-guides : des familles en or (Partie 2)

Écoles de chiens-guides : des familles en or (Partie 2)

 

Parce qu’il est important, voire primordial de connaitre de l’intérieur les 6 écoles de chiens-guides partenaires de l’UNADEV, nous avons décidé de leur donner la parole. A travers 4 questions, vous découvrirez le rôle fondamental joué par les familles d’accueil, leur mode de recrutement ainsi que des anecdotes étonnantes sur la vie des chiens concernés.

Découvrez la suite des aventures de CGLV (75), l’Association les Quatre A (63), ECGA Caen-Normandie-A Vue de Truffe (14), Les Chiens Guides d’aveugles du CIE (77),  EMCGA (06), CECIDEV (13).

Combien de famille d’accueil travaillent actuellement avec vous ?

CGLV : Nous comptons à ce jour 20 familles d’accueil dont 3 n’ont pas encore de chiots chez elles.

Le premiers chiots de CGLV

Nesquick de CGLV profite des joies de la plage.

CECIDEV : Nous avons 32 familles bénévoles régulières à qui nous fournissons tout (croquettes, gamelles, tapis, rendez-vous vétérinaires,…) et en ce moment près de 20 chiens sont placés.

Quatre A : A ce jour pour dix chiens en service technique, nous disposons de cinq familles de tutelle et de 80 familles de week-end. Nous cherchons également des familles de retraite pour les chiens âgés de plus de 8 ans.

A vue de truffe : Nous avons environ une trentaine de famille d’accueil. (Une quinzaine de chiens par an : chiots placés en famille d ‘accueil et en éducation). Parmi ces familles d’accueil, nous avons beaucoup plus de famille de remplacement (week-end et vacances) que de familles de 1 an (famille qui accueille des chiots à temps complet pendant 12 à 15 mois, c’est-à-dire jusqu’à leur entrée en éducation).
En effet nous avons besoin de 3 typologies de famille d’accueil :
– Famille d’accueil de 1 an,
– Famille d’accueil de remplacement pour nos chiens en éducation, et nos chiens en famille d’accueil de 1 an
– Famille d’accueil du soir en semaine, car nous n’avons pas de chenil.

EMCGA : Actuellement 13 familles ont des chiens à temps complet. Une vingtaine de familles de dépannage pour les week-ends ou les vacances sont également disponibles.

chien et son maitre avec mer au fond

Mendy de l’école EMCGA découvre avec son maître Chris, les plages du Nord

 

CIE : Familles, donc, d’accueil pour les chiots, d’éducation pour reprendre les chiens après une journée d’éducation, et de “dépannage”, pour les fins de semaine, vacances, absences… Le fichier du CIE ne compte pas moins d’une centaine de noms de familles d’accueil, régulières, familles du soir ou ponctuelles. Elles se répartissent géographiquement à Paris et autour de Paris. A titre d’exemple, une bonne dizaine de familles sont dans Paris intra-muros, une vingtaine dans le 77, notre département de siège social, cinq dans le 91, 1 dans le 93, 26 dans le 94, département voisin et 3 dans le 95, au nord de Paris. Au total, ce sont donc 65 familles qui accueillent régulièrement nos chiens-guides. Dans ce nombre, il faut compter les familles qui ont un chiot à temps plein, à savoir 36 actuellement.

Avez-vous une anecdote ou un bon souvenir à partager en lien avec une famille d’accueil ?

EMCGA : Nous avons une chienne Nestlé, placée dans une maison de retraite , elle est un peu “la reine” sur place , elle apporte beaucoup de joie aux résidents, qui le lui rendent bien. Ce qui est drôle, c’est que la fille de la personne en charge des activités qui est à l ‘origine de ce projet avait une peur bleue des chiens.  Grâce à Nestlé, sa présence, sa douceur, la peur s’est transformée en amitié, elles sont aujourd’hui inséparables.

CGLV : Une famille très attachée à son chien n’arrivait pas à envisager la séparation. Ils en étaient arrivés à un tel point qu’ils ont proposé d’acheter le chien. Pour permettre de débloquer la situation nous avons organisé une rencontre entre cette famille et la personne déficiente visuelle à qui était destiné ce chien. Cette dernière à la proposition d’achat à répondu “je suis d’accord que vous achetiez le chien à la condition que vous me donniez vos yeux”. Cette réponse a laissé sans voix pendant plusieurs secondes la famille mais lui a surtout permis de réfléchi… Elle a compris la nécessité de se séparer du chien. Cette histoire montre bien l’importance des rencontres que nous organisons entre la famille d’accueil et les personnes déficientes visuelles. Chacun prend conscience du travail de l’un et de l’importance du chien guide, pour l’autre.”Sans famille d’accueil il ne pourrait pas y avoir de chiens guides”.

Week end des chiens

Le diaporama de nos chiens en week end, merci à vous pour ces moments partagés

Publiée par Quatre "A" sur Mercredi 25 avril 2018

 

A vue de Truffe : Le souci pour les personnes qui souhaitent être famille d’accueil, ou qui se renseignent à être famille d’accueil, c’est la séparation qui aura lieu inéluctablement… C’est la plus grande problématique en ce qui concerne le recrutement des familles d’accueil. Nous avons une famille d’accueil « fidèle » qui ne prenait que des chiens en remplacement. Un jour, elle a décidé de franchir le cap et être famille d’accueil de 1 an pour 1 chiot. L’attachement, dans tous les cas existe et est même nécessaire…
Quand cette famille d’accueil pensait à la séparation, qui était souvent constante et présente, cela lui faisait peur et cela lui faisait du mal. Puis un jour, elle n’a plus pensé à son unique relation au chien mais aussi au futur maître qui allait pouvoir vivre mieux grâce au chien.  Dès qu’elle avait un pincement au cœur, elle ne pensait plus à deux mais à 3 : elle, le chien et le futur maître. Penser à l’autre, lui a fait du bien…Tout est devenu plus simple. Se dire que l’on fait ça pour rendre un déficient visuel plus autonome permet de mieux vivre la situation.

CECIDEV : Lors de son apprentissage, un jeune chiot très futé a fait des siennes le soir de Noël. Alors, que la famille prenait l’apéritif dans le salon, le chiot a découvert qu’il se passait des choses intéressantes dans la cuisine…La dinde reposait au chaud. Quelle ne fut pas la surprise de la maîtresse de maison qui lorsqu’elle alla chercher la dinde de Noël, découvrit son plat toujours recouvert de papier aluminium… mais vide. Le chien s’était régalé en toute discrétion. L’adresse du chien qui n’avait rien laissé paraitre a suffi a faire rapidement oublier l’épisode.
Autre situation, bien moins drôle mais étonnante. Alors qu’une famille d’accueil promenait son chien habituellement très obéissant, celui-ci a décidé de ne pas revenir malgré les injonctions de ces maitres. Ils l’entendaient aboyer mais celui-ci ne voulait pas revenir… Après l’avoir rejoint, ils ont eu la désagréable surprise de découvrir un crâne humain. Le chien avait senti que ce n’était pas normal et avait tenu à les informer. On venait donc de retrouver grâce à ce chien, le corps d’un promeneur, disparu quelques mois plus tôt !