Déclaration impôts 2021 pour nos donateurs : les reçus fiscaux ont été envoyés

Faire un don Faire un legs
Accueil Actualités Émission « A vous de voir » : La traversée du confinement à l’aveugle

Émission « A vous de voir » : La traversée du confinement à l’aveugle

 

Comment les personnes en situation de handicap visuel ont-elles traversé cette période si particulière ? Quand on voit peu ou pas du tout, comment le fait d’être confiné change le quotidien ? Que fait-on pour se sentir mieux ? Quel bilan tirer de cette expérience inédite ?

En pleine période de déconfinement, Candide, Théotim, Madeleine, Thibault, Ayette, et Raphaël ont accepté de livrer leurs ressentis, nous permettant d’appréhender la crise sanitaire d’un autre point de vue, celui des aveugles et des malvoyants. Comment ont-ils géré les implications de la crise au niveau de leur travail, de l’école, au sein de leurs loisirs ? Leurs réponses sont souvent surprenantes et reflètent le dynamisme et de l’inventivité de certains d’entre eux.

Visionnez ici l’émission « A vous de voir » du 7 septembre 2020

Nous découvrons ainsi Candide, accordeur de piano qui, à cause de la crise du Covid, a perdu près de 80 % de son activité. Malgré cela, Candide a su tirer parti du confinement et en profiter pour dormir et faire de vraies nuits de sommeil. Des nuits sans bruit et sans réveil nocturne qui  lui faisaient tant défaut avant le confinement.

Candide au piano

Pendant le confinement, Candide jouait tous les samedis soirs à sa fenêtre avec d’autres musiciens.

 

Théotim, quant à lui est collégien. Il n’a pas du tout souffert des cours en distanciel, déjà habitué à travailler seul sur son ordinateur. Geek, et musicien, Théotim a également profité de cette période pour composer…plusieurs morceaux sont disponibles sur sa chaîne youtube.

Théotimecompose sur son ordinateur

Théotime, quand le confinement génère des vocations de … musicien

 

Thibault et sa compagne Madeleine ne sont sortis de leur appartement parisien que pour promener leur chien. Plus que le confinement, ce sont les contraintes liées directement au virus qui les gênent beaucoup plus. Ne pas toucher les produits,  pour un déficient visuel c’est très compliqué, notamment dans une grande surface. Mais avec beaucoup d’humour, Thibault de rajouter « En tant que déficient visuel, on a toujours l’habitude de s’habituer, alors on continue. »

Thibault et Madelaine sur leur canapé

Thibault et Madeleine, 3 mois dans 35 m2

 

Thibault est aussi membre d’une association GIAA (Groupement des Intellectuels Aveugles ou Amblyopes), apiDV qui a créé pendant le confinement,  une lettre d’information hebdomadaire. Son objectif : donner des conseils pratiques aux déficients visuels durant cette période. Cette association a également multiplié les nouveaux projets, comme la mise en ligne d’exercices physiques diffusés par voie audio… des cours très suivis et très appréciés.

De son côté l’association « Un regard pour toi » présidée par Hayette Louay, est elle aussi sortie du rang pendant le confinement. Généralement dédiée à l’autonomie vestimentaire, l’association a élargi son champ de compétences en diversifiant son activité, en proposant notamment des ateliers culinaires, ou des cours d’informatique… Une expérience extraordinaire selon Hayette, «  Nous avons pu maintenir des liens et être encore  plus proches les uns des autres qu’avant ».

Hayette derrière son pc

Hayette a maintenu le lien et vécu un confinement extraordinaire

 

Enfin, Raphaël, 4ème au dernier championnat du monde de cyclisme sur piste a pu poursuivre  son entraînement grâce à tout un kit de matériel spécifique reçu juste avant le confinement. Celui qui vise une médaille aux prochains jeux paralympiques, se réjouit du décalage d’un an de la manifestation «  Si les jeux avaient été maintenus, cela aurait été une catastrophe, maintenant, j’ai un an pour travailler en commun avec mon coéquipier et un an pour ma préparation physique. »

Rapahael sur un velo d'entrainement sur sa terrasse

Raphaël s’est entraîné pour les jeux olympiques… sur sa terrasse

 

Finalement, si aucun ne souhaite évidemment vivre un nouveau confinement, tous ont réussi à relever ce défi et à y trouver des bénéfices pour la suite.