Déclaration impôts 2021 pour nos donateurs : les reçus fiscaux ont été envoyés

Faire un don Faire un legs
Accueil Actualités Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le glaucome

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le glaucome

 

A l’issue de la Semaine Mondiale du Glaucome, il nous a semblé évident de lister l’ensemble des questions les plus pertinentes sur cette maladie. Dépistage, traitement… On vous dit tout !

Qu’est-ce que le glaucome ?

Réponse en image du professeur Cedric SCHWEITZER, spécialiste de la chirurgie de la cataracte et du glaucome au CHU de Bordeaux.

 

Quand se faire dépister pour un glaucome ?

Nous vous conseillons de vous faire un dépistage :

  • si vous avez plus de 40 ans
  • si vous présentez des comorbidités (hypertension artérielle, diabète ou apnées du sommeil)
  • si vous avez des antécédents familiaux
  • si vous êtes myope
  • si vous prenez des corticoïdes de manière prolongée.

Le saviez-vous ? Le Bus du Glaucome de l’UNADEV fait étape dans plusieurs villes de France chaque année. La tournée passe peut-être près de chez vous, alors n’hésitez pas à consulter notre page dédiée sur le site web de l’UNADEV.

Pourquoi parle-t-on de dépistage précoce ?

Le Professeur Aptel Professeur des Universités et Praticien Hospitalier au CHU de Grenoble et à la Faculté de Médecine de Grenoble, Président du Comité Scientifique de l’Association France Glaucome (AFG) regrette que le dépistage du glaucome ne soit pas plus encouragé : « Le glaucome est souvent diagnostiqué à un stade très évolué, lorsque la vision centrale est menacée. Le handicap est alors irréversible, et il n’est pas rare de voir en consultation, faute d’un diagnostic précoce, des patients aux frontières de la cécité pour lesquels nous ne pouvons plus grand-chose, alors même que 5 ou 6 ans plus tôt nous aurions pu agir. C’est d’autant plus regrettable qu’une simple consultation chez l’ophtalmologue permet, à l’aide d’une mesure de la pression de l’œil et d’un fond de l’œil (examen), de poser le diagnostic… ». Le saviez-vous ? 3000 à 5000 personnes sont dépistées par an grâce au Bus du Glaucome de l’UNADEV.

Le glaucome, une maladie silencieuse ?

En effet, une expression choc est utilisée pour parler du glaucome : le tueur silencieux.

Le saviez-vous ? Le glaucome est une maladie tellement silencieuse que ses premiers symptômes peuvent se manifester jusqu’à 10 ans après son apparition !

En France, 1 à 2% des plus de 40 ans sont touchés et cela augmente à 10% après 70 ans.

Quels sont aujourd’hui les traitements du glaucome ?

Le glaucome peut être traité médicalement grâce à des gouttes dans les yeux (collyres) mais il peut aussi être traité chirurgicalement. Il est à noter que la chirurgie du glaucome permet de baisser la pression dans l’œil et de ralentir ou stopper l’évolution du glaucome, mais on ne peut pas récupérer la vision perdue. Le glaucome est une maladie irréversible.

Le saviez-vous ? En France, 1 million de personnes sont traitées pour un glaucome.

Pourquoi une Semaine Mondiale du Glaucome ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi le glaucome a sa propre semaine mondiale, tant il existe d’autres pathologies de la vue, pour certaines plus connues ?

Quelques mots du Professeur Florent Aptel, Professeur des Universités et Praticien Hospitalier au CHU de Grenoble et à la Faculté de Médecine de Grenoble, Président du Comité Scientifique de l’Association France Glaucome (AFG) : “La Semaine Mondiale du Glaucome est cruciale parce que c’est une maladie fréquente. 70 à 90 millions de personnes sont atteintes dans le monde, et plus de 1 million en France. Mais justement, elle reste néanmoins souvent méconnue des personnes à risque. De ce fait, le glaucome n’est souvent pas dépisté à temps, et il est traité trop tardivement alors que des traitements efficaces existent.”

Qu’est-ce que la pression intra-oculaire mise en cause dans le glaucome, un lien avec la pression artérielle ?

Tout d’abord rappelons qu’il existe plusieurs formes de glaucomes, les glaucomes à angle ouvert, et ceux à angle fermé. Les glaucomes à angle ouvert représentent la forme la plus fréquente de glaucome. Ils sont souvent liés à une élévation progressive de la pression intra-oculaire.

Attention, il ne faut pas confondre pression artérielle et pression de l’œil, les deux n’ont rien à voir l’une avec l’autre.

La pression dans l’œil est consécutive à une altération du filtre que nous avons tous. Ce filtre nous permet d’évacuer le liquide transparent qui remplit notre œil, appelée l’humeur aqueuse. Cette dernière nous maintient une bonne pression dans l’œil et elle maintient aussi la forme du globe oculaire. Si le filtre est altéré, la pression peut donc se modifier et s’élever.

Le processus est progressif et on ne ressent pas l’augmentation de la pression oculaire. C’est pourquoi, on ne le répètera jamais assez, le dépistage est crucial.

Quid des innovations sur le glaucome ?

Aujourd’hui les innovations en matière de diagnostic ou de traitements se multiplient. Le professeur Cedric SCHWEITZER, spécialiste de la chirurgie de la cataracte et du glaucome au CHU de Bordeaux nous expose ces avancées.