Chercher
Accueil Actualités Michel Lebesnerais, Vice-champion de tir à l’arc « Avec mes coachs on ne fait qu’un ! »

Michel Lebesnerais, Vice-champion de tir à l’arc « Avec mes coachs on ne fait qu’un ! »

 

Michel Lebesnerais, adhérent de l’UNADEV à Bordeaux, compétiteur émérite de tir à l’arc vient une nouvelle fois de s’illustrer dans une compétition. Cette fois-ci, c’est haut la main, qu’il remporte la médaille d’argent aux Championnats de tir à l’arc Handisport qui se sont déroulés, le 27 juin dernier aux Ullis. Comme dans bon nombre de sport et surtout le tir à l’arc pour non-voyant, le talent du sportif ne serait rien, sans un entraineur de qualité et un coach totalement investi.

Face aux cibles, Michel Lebesnerais tir à l'arc.

Michel Lebesnerais tir en extérieur à 30 m.

 

Si depuis 7 ans le rôle de l’entraineur diplômé d’Etat du club du Bouscat(33) est  brillamment rempli par Florence Villars, c’est Sophie Duprat qui elle, assure l’accompagnement et le coaching sportif au quotidien.

Une relation de confiance avant tout

Sophie Duprat, éducatrice sportive au centre régional de Bordeaux joue ce rôle primordial auprès de Michel Lebsenerais,  depuis 2 ans « Un entraineur apporte les conseils techniques, moi  je donne les indications au moment du tir, je règle la potence*, je donne à Michel toutes les indications des flèches par rapport à la cible.  » C’est donc en fonction de ces informations que l’archer va pouvoir ajuster son tir et corriger sa position.

Son entraineur, Florence Villars ne pouvant être présente sur toutes les compétitions car elle entraîne d’autres équipes, Sophie Duprat participe alors, à ses 2 entrainements par semaine et l’accompagne dans chacun de ses déplacements.

Pendant les épreuves, coach et archer se parlent peu. Quelques indications, des positions à ajuster…  tout se fait dans l’échange corporel et l’équilibre.

Pour se situer, l’archer utilise un support tactile lui permettant d’avoir des repères au niveau des pieds et de l’axe de visée. Il s’agit là d’un élément matériel indispensable.  

Pour Michel : « L’important c’est de grouper mes flèches, en fonction des impacts et de leur position sur la cible, le coach saura si je suis trop penché en avant, sur le côté. Elle va donc pouvoir me guider et m’orienter pour que je corrige mon tir, l’entraineur va me remotiver… Avec mes coachs on ne fait qu’un. »

 

Très reconnaissant du travail effectué par son équipe, Michel Lebesnerais n’a d’ailleurs pas hésité aux derniers championnats de France à faire monter Sophie Duprat sur le podium… Il a été le seul à le faire.

Championnat de tir àl'arc, les 3 gagnants sont sur le podium avec la coach.

Quand la coach Sophie Duprat accompagne le champion Michel Lebesnerais sur le podium.

Concentration et précision

Pour Sophie Duprat « Michel est un sportif de haut niveau, qui a un très grand mental et beaucoup de discipline. Quand il est face à la cible, il est vraiment dans sa bulle, mon rôle est alors de sentir et vérifier s’il a adopté les bonnes positions, pour mieux l’orienter. Mon objectif : l’aider à atteindre la perfection du geste, et cela ne peut se faire que par une excellente maîtrise de con corps. »

Ce sport demande en effet un grand contrôle de soi et pour pouvoir garder cette concentration, Michel Lebesnerais fait beaucoup de course à pieds et participe à de nombreux marathons. « Pour moi, les deux activités sont complémentaires, l’une m’oblige à bien me coordonner et me demande beaucoup de concentration, dans l’autre je me défoule et vide mon stress. J’invite d’ailleurs tous les déficients visuels à se rapprocher d’un club de tir à l’arc handisport, ils seront surpris de découvrir un sport exceptionnel pour la dextérité et la gestion corporelle. De prime abord, ce n’est pas forcément un sport vers lequel on se tourne quand on est aveugle mais quand on y a goûté c’est passionnant. »

Pour toute personne intéressée habitant le Sud-Ouest, des entrainements sont proposés dans les locaux de l’UNADEV, rue de Cursol à Bordeaux, les mardis et jeudis matins ainsi qu’au club handisport du Bouscat (Gironde).

 

*Le viseur, situé normalement sur l’arc, est remplacé par un viseur tactile constitué d’une pointe souple fixée sur une potence verticale posée à côté de l’archer. L’archer touche la pointe avec le dos de sa main d’arc, ce qui lui indique la hauteur et l’orientation de la cible. La fixation de la pointe est souple pour qu’elle ne puisse pas servir de support. L’archer peut régler son viseur tactile verticalement et horizontalement comme un viseur traditionnel d’arc. Tous les archers tirant dans cette catégorie portent un bandeau sur les yeux pour qu’ils soient dans les mêmes conditions de tir.